Articles à la une :

ADEME : la crise économique se transforme en crise écologique

L’Ademe vient de publier le résultat de son enquête sur les comportements des Français vis-à-vis de l’environnement. Pour la plupart des interrogés, il faut d’abord résoudre le problème de l’inégalité sociale.

L’équité sociale d’abord

Les Français s’intéressent de moins en moins à l’environnement selon une étude publiée récemment par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie ou Ademe. L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 10 000 individus environ. Elle s’est focalisée notamment sur le comportement des ménages en France au regard de la performance énergétique de leur habitation. À l’issu du sondage, près de 43 % des interrogés affirment que la lutte contre la pollution n’est pas une mission prioritaire, mettant le problème de l’équité sociale au centre des préoccupations. Par ailleurs, plus de la moitié des Français (56 %) estiment que les mesures individuelles entreprises pour lutter contre le réchauffement climatique ne sont pas suffisantes. Seulement 38 % annoncent se préoccuper du programme de Développement durable.

Les travaux de rénovation pour réduire la facture

Comparativement à l’année 2010, la facture énergétique des ménages français a connu un rebond important en 2012 selon toujours le rapport de l’agence. Ce n’est pas étonnant que l’économie d’énergie devienne la première préoccupation de la plupart des Français (80 %) à la place de la recherche du confort. Environ 5 Français sur 10 se plaignent d’une hausse importante de leur budget énergétique en 2011 en raison d’une augmentation parallèle du prix de l’énergie au cours de la période, portant la dépense énergétique moyenne des Français à 1 394 € en 2011, à comparer avec les 1 368 euros enregistrés en 2010.

Le taux des travaux de rénovation énergétique en baisse en 2011

Le taux de réalisation de travaux de rénovation énergétique est passé de 14,4 % en 2010 à 12,8 % en 2011. Soit une chute de 2 points environ comparativement au chiffre enregistré en 2009 (14,8 %). Sur ce même scénario, le taux de travaux entrepris sur le bâti s’est également inscrit à la baisse entre les deux années consécutives 2010 et 2011. La seule variable ayant connu une variation positive est le taux des interventions sur le chauffage, passant de 27,5 % en 2010 à 33,6 % l’année suivante. Cette situation est imputable partiellement au développement du marché des chaudières à condensation au cours de la même période. Enfin, près de 17,5 % des interrogés affirment avoir l’intention d’entreprendre des travaux de rénovation en 2011.

GD Star Rating
loading…

Sur le même sujet :

À propos de admin

Specialiste du diagnostic immobilier et du marché de l'immobilier
Ce contenu a été publié dans Marché & Prix Immobilier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

CommentLuv badge

Ce site utilise KeywordLuv. Entrez votre nom@mot clé dans le champs nom pour faire un lien sur le mot clé.