Articles à la une :

Les crédits immobiliers continuent de dévaler la pente

D’après les statistiques récoltées par l’Observatoire Crédit Logement/CSA, le ralentissement des activités du marché de l’immobilier persiste et la chute des crédits immobiliers continue dans cette même lignée.

Crédits immobiliers : état du marché

Les enquêtes menées par l’Observatoire Crédit Logement/CSA révèlent que depuis le début de l’année, les institutions bancaires ne cessent de restreindre l’accès aux prêts bancaires. En effet, une importante baisse de production de crédit, évaluée à 32,2 %, a été notée depuis 4 mois. La tendance baissière est particulièrement marquée pour les emprunts liés à l’acquisition de constructions anciennes. La production de ce type de prêt immobilier s’est repliée de 38,3 % depuis le début de l’année.

Si les prêts immobiliers effectués auprès des banques se sont raréfiés, les taux d’emprunt ont également diminué. En effet, le taux de crédit immobilier est passé de 3,95 %, au mois de février dernier, à 3,67 % au cours du mois d’avril. Au mois de mars, la moitié des prêts octroyés affichaient un taux inférieur à 4 %. Les taux fixés par les institutions bancaires sont approximativement identiques dans les différentes zones géographiques. Néanmoins, plus la durée du prêt est étalée, plus le taux d’emprunt est élevé. Ainsi, les taux d’intérêt peuvent osciller entre 3,55 %, pour les prêts sur 15 ans, à 4,1 %, pour les prêts sur 20 ans.

Pourquoi cette baisse d’activité ?

Compte tenu de la morosité économique, les investisseurs hésitent à placer leur argent dans l’immobilier. Par ailleurs, les impacts de la suppression des différents dispositifs d’incitation comme le PTZ+, pour les constructions anciennes, ou le Scellier pour l’immobilier neuf, sont autant de facteurs qui ont ralenti l’activité du secteur immobilier en France. En outre, au cours de ces derniers mois, la catégorie d’acheteurs favorables aux offres disponibles sur le marché a évolué. Ainsi, les foyers disposant de modestes revenus et les jeunes acquéreurs ne parviennent plus à faire d’acquisition. Seules les personnes qui possèdent des revenus confortables et dont l’apport personnel est considérable peuvent se permettre de finaliser des achats immobiliers.

Un autre facteur qui a favorisé le ralentissement de l’octroi des prêts bancaires est l’augmentation du seuil d’apport personnel par les institutions bancaires. S’il y a un an les banques exigeaient un apport de 24,7 % du crédit aux emprunteurs, cette année, le taux de cet apport avoisine 28,6 %. Cette nouvelle condition d’obtention de crédit est ainsi devenue un obstacle supplémentaire à l’accessibilité des crédits aux foyers les plus modestes.

GD Star Rating
loading…

Sur le même sujet :

À propos de admin

Specialiste du diagnostic immobilier et du marché de l'immobilier
Ce contenu a été publié dans Crédit Immobilier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

CommentLuv badge

Ce site utilise KeywordLuv. Entrez votre nom@mot clé dans le champs nom pour faire un lien sur le mot clé.