Articles à la une :

Pourquoi les banques ont durci l'accès au crédit ?

La crise financière que nous traversons a mis à mal les systèmes financiers internationaux et entrainé toutes les économies dans une récession d’une rare ampleur. Les banques, placées au cœur de la tempête ne semblent plus être en mesure de jouer pleinement leur rôle de financement à l’économie.

Pour sauver et restaurer le système bancaire, les pouvoirs publics ont donc mis en place des plans de soutien massif et renforcé l’intervention des autorités de tutelle, comme le Comité de Bâle, le FMI ou en encore les banques centrales.

Les exigences de Bâle III

Les représentants des autorités de contrôle des banques centrales réunies au sein du comité de Bâle ont cherché à mettre en place des mesures visant à préserver les banques des crises systémiques de grande ampleur et se sont employé à renforcer les exigences de fonds propres.

Le ratio minimal est ainsi passé à 10,5% (contre 8% auparavant), auquel les banques doivent rajouter une marge pouvant aller jusqu’à 2,5% supplémentaire en fonction des nécessités économiques.

Pour atteindre l’objectif assigné par les accords de Bâle III et ne souhaitant pas procéder à une augmentation de capital pour préserver leur autonomie, les banques sont ainsi amenées à « soigner» leur bilan, rappelant par là même que mettre en œuvre la politique de Bâle les conduit inévitablement à réduire les risques et notamment ceux liés au crédit, ce qui ne les empêche nullement de spéculer sur les marchés financiers, jugés plus rentables.

Il faut savoir que le financement à l’économie -tous acteurs confondus- représente à peu près la moitié des actifs des banques. Ainsi, en diminuant l’activité de crédit, les banques réduisent-elles les besoins nécessaires en fonds propres, se pliant sans trop d’efforts aux exigences de Bâle III.

Renforcement des conditions d’accès au crédit

Considérées comme trop laxistes par le passé, les organismes de prêt ont nettement durci leurs conditions d’octroi. Pour obtenir un prêt immobilier, l’emprunteur doit désormais répondre à des critères stricts.

Les services d’analyse de risque passent au crible tous les éléments du dossier, notamment les taux d’endettement et reste à vivre du ménage et le financement des frais annexes, c’est à dire les frais de notaire de garantie se font plus rare.

Enfin, l’accession à la propriété des ménages les plus modestes et des primo-accédants connait un net recul. Les raisons tiennent pour l’essentiel à la baisse de la durée moyenne des prêts, qui est passée de 21 ans en 2008 à peine plus de 17 ans en octobre dernier.

C’est ainsi que les banques de réseau limitent de plus en plus leur offre à des prêts sur 25 ans.

Cette tendance se poursuit alors même que l’immobilier connait une des pires crises de son histoire et que paradoxalement les taux d’intérêt on atteint un niveau historiquement bas.

GD Star Rating
loading…
Pourquoi les banques ont durci l’accès au crédit ?, 5.0 out of 5 based on 2 ratings

Sur le même sujet :

À propos de admin

Specialiste du diagnostic immobilier et du marché de l'immobilier
Ce contenu a été publié dans Crédit Immobilier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Pourquoi les banques ont durci l'accès au crédit ?

  1. unforfait.fr dit :

    Le fait de donner accès aux organises de crédits type Auchan avec la carte Accord au fichier d’historique des crédits permet de prêter plus intelligemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Ce site utilise KeywordLuv. Entrez votre nom@mot clé dans le champs nom pour faire un lien sur le mot clé.